Agir Vite ... pour sauver la planète.

Association de protection de l’environnement,

7 rue Léon Bourjade,           38100 Grenoble

Téléphone: 09 54 32 72 35

Courriels: agirvite[à]free.fr

(mesure anti-spam: ci-dessus, remplacer [à] par @ )

 



Site en cours de reconstruction

Veuillez avoir l'amabilité de nous excuser de la mise en page de ce document, résultant de l'usage d'un outil provisoire, inadapté. Merci.

Mis à jour : 27 mai 2011   


 



 «  (..) Clairement, notre choix de développement n'est pas durable·. (..)

Si rien n'est fait, nous fonçons dans le mur (..)

Il nous faut prendre un virage et il ne peut être pris en douceur. C'est un virage serré à négocier avec la société tout entière impliquée comme elle sait l'être lors d'une entrée en guerre. Les conditions de vie de la planète sont dorénavant des conditions de survie.

 

(..) ..il s´agit, ni plus ni moins que de notre avenir sur terre. Les solutions sont à rechercher dans un réformisme démocratique. »

 

 

Ces citations ont été extraites d´un point de vue paru dans « Le Monde » après la canicule de l’été 2003,

intitulé « Environnement : agir vite » , par Hubert Reeves, astrophysicien franco-québecois bien connu, que vous avez certainement vu et apprécié à la télévision. Intégralité de l´article du Monde : http://www.lemonde.fr/web/recherche_resumedoc/1,13-0,37-816729,0.html   

 

Le titre et le contenu de cet article ont inspiré le nom et la vocation de notre association.

 

ooOOoo

 

- De son côté, Corinne LEPAGE avait aussi lancé une alerte dans « Le Monde », de titre «  Ecologie : La révolution ou la mort. »

 

Citations :

« De toute façon, l'heure n'est plus à la discussion de salon (…) . La catastrophe écologique à laquelle la cécité volontaire ou non des politiques de tout bord a contribué est là.

Elle appelle à une véritable révolution culturelle avant même que d'être économique et politique.()

Quand le temps sera venu de révéler au grand public la réalité, car elle ne pourra plus être occultée, il sera trop tard... »

  

Qu'est donc Agir Vite ?

 

C´est à la fois une association de défense active de l’environnement, et un groupe de pression, pas un parti.

 

L´adhésion à Agir Vite est refusée aux membres des partis, et aux personnes qui se sont présentées à une élection dans les 6 années qui précèdent (sauf s´il s´agit d´élections municipales dans une commune de moins de 3500 habitants).

Tout adhérent qui se présenterait à une élection devra quitter l’association, et nul, dans son action publique, ne peut se réclamer de son appartenance passée ou actuelle à notre association.

L’association se refuse de présenter des candidats à quelle qu’élection que ce soit.

-------------------------------

(Dans ce qui suit, les textes en caractères rouges gras sont les ajouts de fin 2009.)

-------------------------------

Qui sommes-nous ?

De simples citoyens, soucieux de protection de l’environnement, à l’extérieur de tout parti, exaspérés et désespérés de voir les partis écologistes se neutraliser, élection après élection, par refus de toute entente (*), alors que la planète se meurt.

(*) Ils ont enfin commencé à y remédier à partir du printemps 2009 !

 

Pour nous, pendant au moins une décennie, ces partis doivent donner priorité absolue aux objectifs écologiques, et se coaliser entre eux lors des élections, pour les atteindre.

 

-------------------- 

(*) Exemple local de gâchis électoraux, conséquences des refus d’entente entre partis verts : lors des  régionales de 1998 en Isère, un conseiller régional sortant GE (parti de Lalonde), associé à des MEI (parti de Waechter), avait proposé aux Verts  de faire liste commune. Ceux-ci y ont opposé des préalables objectivement inacceptables.

Résultat : le 2° de la liste des Verts a raté l’élection d’exactement 145 voix sur 347.766 suffrages exprimés ! . . . .alors que de son côté la liste GE+MEI recueillait 11637 voix . . . . pour rien !

Comble de l’absurdité, le calcul de répartition des restes « à la plus forte moyenne » du cumul de ces voix, montrait que ce n’est pas un siège qui avait été ainsi perdu, mais deux : un qui aurait été pris aux chevènementistes, et l’autre au FN !

 

Et nous (ne) posons (plus) aux Verts la question suivante :

Comment se fait-il que malgré une prise de conscience croissante dans l’opinion du problème du réchauffement de la planète et des conséquences des autres pollutions (maintenant plus de 65% des français sont sensibles aux thèses écologistes),  les partis écologistes continuent de stagner en dessous de 10% des suffrages, ce qui les voue à l’impuissance ?

 

Du fait de notre recrutement hors de tout parti, nous affirmons être représentatifs de cette majorité silencieuse de français qui ont des préoccupations écologiques, mais ne votent toujours pas pour les  écologistes politiques.

 

 Analyse succincte, fin 2009:

 

La réussite d'Europe-Ecologie aux européennes de juin est la démonstration de la pertinence de ce que nous clamions depuis 5 ans:

·         l'union doit permettre la réussite

·         il suffit d'atteindre 12 à 13% aux élections pour avoir un nombre utile d'élus.

Ce que nous n'avions pu prévoir, cela aura été d'abord les gifles électorales reçues par Dominique VOYNET ( présidentielle: 1,57%) puis par LES VERTS (législatives: guère mieux) en 2007. Puis, les Grenelle, la création de l' « Alliance pour la Planète », et la prise de conscience politique des responsables des ONG et autres personnalités civiles, qui en a résulté. Tout cela a joué dans la mutation des Verts, si longtemps espérée.

 Il est bien dommage que les animateurs d'Europe-Ecologie et des Verts aient fait une grave faute politique en juin 2007: celle de ne pas avoir offert à Antoine WAECHTER une place raisonnablement éligible, qui lui revenait en toute équité ainsi qu'à son parti, le MEI, dans l'Est.

Les tristes résultats de cet impair auront été les non-élections de François DUFOUR, syndicaliste paysan connu, pour une petite centaine de voix seulement, et celle de A. WAECHTER.

 

Il semble bien que chacun a compris maintenant comment doper encore plus efficacement les représentations écologistes dans les institutions, puisqu'il vient de devenir officiel que A. WAECHTER sera second de liste d'Europe-Ecologie pour les régionales de mars 2010 en Alsace, et que d'autres MEI seront candidats sur des listes Europe-Ecologie.

 

L'union des écologistes est presque (par)faite. Il n'y manque plus que Corinne LEPAGE, et son parti CAP21.

 

Quels sont les buts de l´association ?

 

Agir Vite est avant tout une association de protection de l’environnement. Elle intervient en ce sens sur le terrain, en particulier pour obtenir des réductions des émissions de gaz à effets de serre.

(Voir nos dossiers d'actualité de fin 2009, un peu plus bas)

 

Mais elle a aussi une perspective « offensive », avec le même objectif: elle veut susciter et soutenir  des listes et candidatures uniques d’ententes entre les partis écologistes, pour que des décisions concrètes, cohérentes, et suivies, soient ( enfin !)  prises par les gouvernements, pour protéger l’environnement.

  Par quels moyens obtenir ces résultats ?

La première étape en vue d’ acquérir un pouvoir de pression sur les partis écologistes, est de faire la  démonstration aux Verts, du nombre d’électeurs qui partagent la même attente que la nôtre: celle de l’urgence de mettre en place une politique efficace et cohérente de protection de l’environnement, avec priorité sur toute autre considération idéologique. Démonstration a été faite !

Pourquoi aux Verts ? Parce qu’ils sont les plus nombreux, et de loin, et que toute avancée vers les perspectives proposées ici, dépend donc d’abord d’eux. C’est ce que nous avions fait, le 28 novembre 2006, par une « descente » en nombre, à leur siège de Grenoble.

On connaît la suite....heureuse, depuis le mois de juin 2009 (élections européennes)





 Quels sont nos dossiers d'actualité ?

 

-1) Le tramway aérien: Notre attention avait été attirée en 2007 par les nombreux avantages de cette technologie, écologiques autant qu'économiques.

Il s'agit de l'application du téléphérique aux transports en commun suburbains, en lieu et place des projets de trams, et, à fortiori, de lignes de bus.

Cette application fonctionne depuis plusieurs années à MEDELLIN (Colombie) où chacune des trois lignes déjà existantes (construites par POMA, Grenoble-Moirans) transporte à peu près un million de voyageurs par mois. Deux autres lignes sont en cours de construction.

Le « tramway aérien » se joue des rivières et des autoroutes, car il ne nécessite la construction d'aucun pont. Il consomme approximativement le 1/3 de ce que consomme le tram, coûte le 1/3 en investissements, et la moitié en frais d'exploitation et d'entretien. Il a une capacité de transport (voyageurs/heure) potentiellement au moins égale à celle d'une ligne de trams, et de fait, supérieure.

Agir Vite est intervenue en faveur du « câble » à partir de juillet 2008, date à laquelle nous en avons saisi, en premier, la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de Grenoble.

Le 24 novembre 2009, nous avons adressé un dossier technico-économique aux élus de la Communauté de Communes « Grenoble-Alpes-Métropole », leur demandant de prendre cette option en considération, concurremment avec celle du tram, pour le projet de ligne « E ».

 

La Communauté de Communes avait déjà estimé le prix du tramway Grenoble-Le Fontanil à 300 M€, alors que Monsieur JAUSSAUD, expert en téléphériques et promoteur du développement urbain et suburbain de ce moyen de transports en commun, avait estimé le prix de la solution par tramway aérien à moins de 100 M€ .

 

Le dossier « tramway aérien » :

 

Novembre 2009 -Lettre aux Conseillers Communautaires de l'agglomération grenobloise [Lire...]

Janvier 2010Michel DESTOT, maire de Grenoble, refuse d'étudier l'alternative câble [Lire...]

Février 2010 – Débat contradictoire tramway sur rails vs tramway aérien [ Lire...]

Avril 2010 – Campus-Meylan : un tramway aérien qui atterrira dans un désert ? [ Lire... ]

Décembre 2010- Accidentologies comparées entre tramways et télécabines [Lire...]

Mai 2011 - « Le long des lignes du Métrocable, la criminalité a chuté de 79% » [Lire...]

Juin 2011- L' Y grenoblois est déjà trop pollué. Pourquoi y entasser 20.000 habitants de plus ? [Lire...]

 

-2) Les Eoliennes:

Au printemps 2005 il y avait eu une tentative de torpillage par un quarteron de députés, de presque toutes les EOLIENNES alors en projet  .

 Lors de la 2° lecture de la Loi d’Orientation de l’Energie (LOE), trois députés UMP, dont Patrick OLLIER, avaient fait voter un amendement scélérat de dernière minute, qui , sous prétexte de protéger les paysages, aurait équivalu à l’enterrement de presque tous les projets.

Nous avions découvert, quelques jours auparavant, qu’OLLIER s’appuyait, pour moitié de son argumentation, sur un chiffre faux.

Agir Vite avait adressé un mail le signalant à chaque député, à la veille du débat, et dont le titre était : 

« Votre collègue OLLIER a avancé un chiffre qui est faux » 

Agir Vite était ensuite intervenu en adressant un dossier à tous les sénateurs, puis, ultérieurement, au parlementaires membres de la « Commission Paritaire », successivement saisis du texte amendé. La tentative OLLIER avait avorté.

On lira ici (descendre au communiqué n° 9), le contenu de notre dossier de 2005, très argumenté politiquement et économiquement, et dont le fond est toujours valable....même si notre pays a enfin commencé, depuis, à combler son retard en éoliennes.

 

Depuis deux ans une campagne sournoise contre les éoliennes sévit en France, utilisant tous les média, mais plus particulièrement internet .

Et, maintenant, ce sont des sénateurs qui, lors d'un débat en cours, se sont collés à faire pleuvoir des amendements contre elles !

·         Alors que d'une part, l'Espagne a annoncé avoir assuré 50% de sa consommation électrique avec des éoliennes, le dimanche 15 novembre2009.

·         Et que, d'autre part, en 2010, EDF faisait savoir que, du fait de l'indisponibilité de nombreuses de ses centrales nucléaires (vieillissantes), elle ne pourra pas assurer de façon certaine, la fourniture d'électricité lors de l'hiver ! Il était même question d'éventuels « délestages ».

 

 

 Site en reconstruction.

 

Merci de votre visite.

 

L’équipe :

J. Basson, O. Cabanel,

P. Holveck (président), A. Kaufmann,  S. Roux.